«

»

072 – Message voyage en étapes – Avril 2014

Ce message vibratoire fait partie d’un ensemble montant crescendo sur le blog http://messagersdelun.fr/. Vous pouvez le diffuser à condition qu’il n’y ait aucune modification, sans oublier cet avertissement. Merci.
—————————–

Message-voyage du 14 Avril 2014

Je suis sur une sorte d’ellipse qui tourne vraiment très vite, un tourniquet géant. Je me tiens sur le bord extérieur. Son axe n’est pas vertical de sorte que la soucoupe-manège est de biais. J’ai un peu mal au cœur, les cheveux dans le vent et je sens l’air sur mon visage, la vitesse, mes habits plaqués sur le corps. Quelques souvenirs d’enfance -l’appréhension des manèges- se mêlent à une attirance un peu enivrante vers l’inconnu.

Je me dis qu’on me fait vivre une nouvelle expérience. Au même moment, une montée en vibrations sensible dans mes oreilles et c’est comme si j’abandonnais toute ma vie… ou plutôt comme si je voyais de très très loin ma vie ici, mes proches, comme un « petit monde » rétréci.

Je suis dans un espace lumineux, doux, calme et détendu, ouvert, un espace d’ACCUEIL.

C’est comme si l’espace même, l’ambiance souriait à tout et à tous, et à moi aussi en particulier mais je comprends que cet espace sourit à chacun, à tout et tous en particulier et que ça s’appelle l’Amour.

La lumière est si douce, comme filtrée, celle d’une soirée d’été, chaleureuse et un peu rasante mais ce n’est pas le soir…c’est la lumière la plus enveloppante et rassurante qui soit, celle dans laquelle on souhaiterait juste baigner : on y est, on a le cœur léger.

J’ai  envie de visiter.

J’arrive sur un très large tapis blanc flottant en suspension. J’avance tranquille. Je vois une femme en robe blanche –ou est-ce moi ?-… On vient à ma rencontre, je me sens comme une petite fille, la femme est grande, si rassurante. Je la suis toujours sur ce tapis suspendu comme un nuage. Plus loin au bout de ce tapis, une sphère lumineuse cotonneuse, un nuage de particules très fines, lumineuses, irradiantes qui forment un espace, un lieu de vie, un « monde » ? Un « palais » ? Nous pénétrons dans cette sphère, un volume très vaste où je crois percevoir de multiples sortes d’escalators : une animation, des va-et-vient, croisements … je ne vois pas clairement des personnes mais je perçois des flux : un centre d’affaires ? Un lieu de croisements, une sorte de gare ? Un échangeur ? ca circule beaucoup avec une grande fluidité malgré la densité. C’est calme et apaisé cependant comme si chacun allait son chemin avec l’accord –l’Amour ?- de tous : un bain de Respect !

J’observe et ma guide me laisse regarder un moment, puis je comprends qu’elle veut m’emmener ailleurs. Je la suis derrière une double porte qui s’ouvre à nous. Au bout d’un couloir, une pièce éclairée par des baies  donnant sur l’extérieur,  et là une splendeur ! Grande lumière, des étoiles et des planètes, des galaxies ? On est dans un ciel, dans une image de l’univers telle qu’on en voit prises depuis un satellite, Hubble…. un film de Sciences fiction… C’est magnifique ! Je suis époustouflée. La guide sent ma joie intérieure, mon ravissement, elle sourit.

Je me demande pourquoi je suis là. (Je n’y connais vraiment rien en astronomie).

« -Tu vas comprendre. Nous voulons juste te montrer ça, cette « perspective » là afin que cela t’aide de l’avoir vue « en vrai » :) comme vous dites. Afin que ce que tu vois là sois désormais ton socle, ton nouveau socle. L’ancien est obsolète et t’y référer est périmé …

Je continue de regarder et me dis que « je n’en crois pas mes yeux » tout en pensant que cette expression est elle aussi obsolète.

Je perçois la bienveillance qui se dégage de ma guide et des quelques autres personnes présentes. Je me sens comme une enfant à qui l’on montre les Merveilles du monde, je sens leur sollicitude et leur joie de me faire découvrir ce spectacle, leur infinie compréhension. Je n’ai même pas de question, juste l’envie de rester devant cette beauté en mouvement infiniment…je comprends les grands écrans dits panoramiques au cinéma, les essais de 3D, la géode et tout le bazar, toutes ces constructions, ces tentatives des hommes pour capter un tel spectacle. Et tandis que pense à ça  -et que je me demande pourquoi on me montre une baie vitrée et pas une bulle pour que je puisse voir en haut- c’est comme si la baie se déformait en un prolongement, une bulle transparente…je regarde en haut et… non, je ne me sens pas très à l’aise, je préfère la grande baie…. Ma pensée crée en direct ! C’est époustouflant !

Je sens que je vais devoir repartir et je me demande si j’ai un message à transmettre.

« Ceci est pour toi.

Que ton socle soit là désormais et ainsi nous pourrons mieux nous servir de tes compétences.

Que ton socle soit là désormais est une grande étape pour toi, pour nous, pour tous. Cela suffira à être effectif, En toi ainsi est le « message ».

Ce socle en toi est une forme de message qui passera par toi, ta nouvelle « posture ».

 C’est notre message sans mot.

Sois notre message. »

Je regarde encore  « une dernière fois »  me dis-je et tandis que je pense ça, ils sourient. On me raccompagne. Je me dis que je ne sais pas ce que j’ai visité. J’entends alors :

« -Un centre d’échanges intergalactiques 

-Oh ? »

Ils sourient. Je comprends bien que je suis trop « petite » -pas du tout calibrée- pour qu’on m’en dise plus et je n’ai pas vraiment envie d’en savoir plus. Tellement ravie je suis de ce spectacle « intergalactique ». Me vient l’expression « avoir la tête dans les étoiles » ; désormais la mienne y est !

Je salue. Je reçois maints sourires et un nuage d’amour m’enveloppe comme un manteau.

Merci, merci.

En repartant, je vois le dé zoomage sur cet endroit  que je quitte qui devient de plus en plus minuscule et  perdu à ma vue dans tout ce qui constitue l’univers ? ou les univers ?… bref, cet « espace » où je voyage, et je « m’imagine », je « réalise », je m’interroge sur l’infinité des « lieux » ainsi… « existants » et … tout mon vocabulaire s’avère inopérant !

 

Message-voyage du 19 Avril 2014

Mes oreilles vibrent, ma tête est prise, une image de casque. J’ai l’impression que ma tête-casque se soulève en biais vers la droite pour ensuite être propulsée vers le haut et la gauche.

Je deviens une boule entourée d’une protection rigide et je suis envoyée dans l’espace. Je comprends que cette forme est pour voyager, comme un mode compact protecteur. Ça se ralentit, je vois des étoiles, un ciel étoilé dans lequel je me déplace. Je dépasse des étoiles, je suis entre elles comme dans un film de SF, elles défilent de part et d’autres.

Je repère un endroit plus lumineux, un amas d’étoiles plus ou moins grosses, flottant, une agglomération d’étoiles.

Je me déroule (sors de ma boule) et je suis debout sur un grand tapis flottant. Je vois un personnage en armure, tout rigide et je pense illico aux anciens jouets Robocop de mes fils !- je me fais un film là, non ? Il a l’air gentil et il est tellement immense –beaucoup plus grand que moi, 3 fois 5 fois ?- un gardien ? Je pense à mes fils qui seraient plus à l’aise et à même de décrypter cet univers qui m’est si étranger, mais bon, on m’envoie là pour une raison -que j’ignore certes- mais je suis le mouvement donc, et calme toi mon mental stp !

Je suis dans un intérieur vaste, une grande sphère, immense vide et sur les parois seulement, de l’animation : des sortes de balcons, coursives sur plusieurs niveaux, des passerelles et des escalators, beaucoup d’activité. L’ambiance globale : sérieux.

Je me sens très « étrangère » mais tranquille. J’observe et je sais qu’on va venir me chercher. Une fois encore –et ça me rassure- Elle sourit, Elle sait. Je  comprends que mon guide a pris cette forme féminine pour m’accueillir et me rassurer. Il/Elle a cette attention pour ses hôtes, prendre la forme qui les mettra à l’aise.

-Tu es impressionnée ?

-Oui !

-(Elle sourit encore.) Mais je vois que tu as confiance, c’est bien, suis moi.

Je la suis, on va vers le fond de la sphère. Nous ne franchissons pas  de porte mais les parois se dissolvent sur notre passage et on avance ainsi. J’observe, toute étonnée et en même temps ravie de découvrir : joie de percevoir, de « vivre » tant d’inconnu -moi qui suis si peu aventurière et si trouillarde-. Là, je suis absolument sans peur, tranquille, dans une totale confiance.

Je suis devant une grande baie, encore, avec une vue sur le ciel étoilé (c’est la même « chose » que la dernière fois ?). Je vois mieux, plus précisément, je vois comme des galaxies qui se meuvent, plus ou moins proches. Je pense : svp pas d’astronomie, je n’y connais rien!

-Non,  assieds-toi là et regarde.

Je vois que les galaxies bougent extrêmement lentement sur elles-mêmes, comme des toupies hyper ralenties…je ne comprends pas ce qu’on veut me montrer mais je persévère(…) C’est comme si je voyais dans la grosse galaxie devant, la plus proche, un petit « truc » intrus qui n’appartiendrait pas à la galaxie, un  objet ? Puis plusieurs : des vaisseaux ? (je pense : n’importe quoi !  Concentre-toi) des « objets » étrangers à la galaxie. Comme une maladie, des boutons sur une peau…je n’y connais rien en combats, SF, attaques, gentils et méchants, svp, pas moi !

-On te montre juste afin que tu saches.

-Qu’est-ce que c’est ?

-Des éléments d’autres jeux en dehors de nos galaxies.

Je comprends que je dois encore élargir la perspective de la dernière fois qui est englobée elle-même dans une autre…Je suis gênée car je dois partir, suspendre car …

-Oui, tu dois partir, tu as un RV,  nous savons.

Je suis vraiment désolée, confuse et je …

-Oui, tu reviendras.

-Merci,  je suis désolée. »

 

Contact du 20 Avril 2014

…J’essaie de me replacer où je les avais quittés, devant la grande baie de ciel.

Je vois comme des petits lego de couleur ( ?) sur cette « image » de galaxies plutôt photographique : cela fait cohabiter deux sortes d’éléments qui ne sont pas du tout (c’est le moins qu’on puisse dire !) du même « univers » ? Sont-ils superposés comme sur un calque ou inclus dans le même plan ?

-Regarde mieux ! Prends ton temps.

Plutôt comme sur un calque, ils n’arrivent pas vraiment à se mélanger aux éléments de la galaxie, ils flottent devant comme lorsqu’on a une poussière sur l’œil qui se déplace indépendamment du décor qu’on regarde. Comme si ces lego se déplaçaient dans une sorte de gélatine et cherchaient à s’introduire dans la galaxie ? Mais ils sont -pour ce que j’en perçois- comme « pris » dans la gélatine qui est leur milieu et dont ils ne peuvent sortir. Et c’est la gélatine transparente qui s’insinue partout dans la galaxie, envahissant tout « l’espace » libre entre les étoiles, planètes… Je n’arrive pas savoir si c’est bien ou malfaisant…

-Ce n’est pas le propos, observe.

Je me dis alors que ce sont des leçons successives et que je comprendrais plus tard ce que j’ai à faire, à transmettre, pourquoi on me montre çà. Là, je suis « fatiguée » ou plus exactement je me sens au bout de ce que je suis capable d’intégrer…

 

Contact du 23 Avril 2014

…Je me replace où j’étais la dernière fois. On me sourit. Je suis quand même très curieuse de savoir pourquoi on me demande à moi d’être là et d’observer. Je me replace devant « l’écran ».

Je pense à Photoshop et aux nombreuses heures passées devant l’écran à corriger, nettoyer, multiplier, gommer, affiner, rétablir, bref trafiquer des motifs…euh…ça serait ça le job ? Intervenir sur cette « image » ?

Ils sourient sans me répondre, comme à un enfant qui veut comprendre trop vite alors qu’il n’en a pas du tout les moyens. OK ! Je me remets à faire ce qu’ils me demandent : observer.

Et là, c’est comme si une forme noire genre patte d’ours en peluche envahissait l’image et tentait –vraiment très maladroitement !- de s’introduire dedans, mais c’est tellement grossier que j’en suis stupéfaite : on dirait la même finesse que celle du Nounours de Pimprenelle et Nicolas, j‘y crois pas !

Ils rient aux éclats !

-OK, j’ai compris, c’est une blague … ou alors c’est la réponse à mon idée –si grossière !- de vouloir intervenir dans l’image, OK. J’observe et je me calme. 

Vibrations dans les oreilles, signe que je reconnais désormais.

« -Tu ne peux rien capter tant que tu n’es pas montée en vibrations. Sinon, c’est ton mental qui va grossièrement mouliner, et c’est tout. »

OK. Je sens que je m’élève, on me fait ascensionner sur un voile horizontal extrêmement subtil, presqu’inexistant.

 

J’entre dans du rouge profond, scintillant ou plus exactement vibrant, dense. Je suis à l’intérieur. Je pense aux installations lumineuses de James Turrell (Red eye). Ma tête est peu lourde, comme casquée.

 

Intensité, densité, et une telle joie intime, pleine et profonde d’accéder ailleurs, enfin !

Je flotte dans ce miroitement vibrant de rose, pourpre, violet, incarnat, carmin brun mouvant et se modulant sans cesse se modifiant pour un nouvel agencement de couleurs…et c’est de plus voluptueux, velouté…Ça n’existe pas chez nous, dans notre dimension ; ni ces couleurs ni ces douceurs ni ces profondeurs, et je voudrais tant vous le faire percevoir. Je pense que peut-être une vidéo pourrait le reconstituer, mais déjà je sais que malgré une projection tous azimuts autour sur les murs, au plafond et même au sol on resterait à l’extérieur.  On ne pourrait pas être dedans comme là je suis, flottant enveloppée dans ce nuage-couleur sans limite avec l’envie d’y rester, de prolonger mais également l’envie de vous le rapporter, de vous inviter dans cet espace où se mouvoir, être bercé, s’improviser, se laisser porter, … cet espace où tout simplement Etre, et contempler avec le corps entier, tous les pores, toutes portes et perceptions ouvertes y compris celles enfouies, toutes inconditionnellement, et contempler un point c’est tout, un point d’éternité.

(…) Je comprends que je dois sortir de ce bain de jouvence.

 -Oui ! C’était un cadeau. 

-Oh,  merci.  

-Plus nous t’offrons d’expériences, plus tu es des nôtres, plus tu t’ancres de ce côté et plus tu vas pouvoir témoigner par ton être. 

Je comprends que ce ne sont pas les mots qui vont témoigner mais les vibrations qu’ils m’ont fait découvrir, dans lesquelles ils m’ont en quelque sorte trempée, et dont je suis désormais imprégnée comme tous ceux qui s’y abandonnent.

« Oui ! Venez jusqu’à nous, nous vous offrons ces vibrations à tous.

Venez ! Nous vous attendons. Ceci est notre proposition.  Nous ne pouvons que vous inciter. Nous « parlons » à chacun de vous et nous nous servons de certaines personnes qui le veulent bien comme canal afin de toucher ceux qui ne peuvent encore nous percevoir. Nous vous encourageons.

Nous vous aimons.

Nous sommes là à vos côtés. Juste là. Percevez nous. Seul votre vouloir le peut.

A votre portée, jamais aussi proches nous n’avons été !

A maintenant. »

 

Contact du 25 Avril 2014

Vibration dans l’oreille, sensation de casque et de pression dans la tête, comme des paliers de décompression. Je comprends la métaphore, on change d’étage. Bleu marine, nuit, étoilement partout.

« -Tu voulais revenir là (sourires), au « centre d’échanges intergalactiques » comme tu dis. Tu avais bien saisi. Tu es ici pour que tu puisses exploser tes schémas, tes croyances, pour que tu puisses tout remettre en doute, tous tes repères anciens, et que tu « réalises » que TOUT est possible, que RIEN n’a d’importance dans tes croyances. Même ne pas comprendre ce que nous te montrons n’a d’importance : Vis-le tout simplement. Sois là maintenant et perçois cet instant, ouvre tes perceptions au maximum de cet instant-lieu où tu es.

Oui, tu seras amenée à revenir si tu le veux et il faut que ces voyages soient plus fluides pour toi, plus rapides, plus sûrs, que tu les intègres ces « déplacements » à ta vie quotidienne, dans l’aisance…et s’il te plait dégomme tous les vieux schémas qui te tirent en arrière.

Oui, on peut te montrer des légo colorés se baladant dans des galaxies, oui on peut te balader, plaisanter avec une  patte de Nounours. C’est notre culbuto : on te déstabilise gentiment afin que tu apprennes à revenir rapidement, facilement et seule à ta « petite voix », la nôtre.

C’est bien, tu as su attendre -sans trop  paniquer- de te retrouver en phase avec nous, après ces contacts un peu différents. Ce n’est pas parce que tu ne comprends pas l’expérience que nous t’offrons qu’elle est négligeable. Il n’est pas de ton ressort d’en « juger » (sourires). Des informations te sont envoyées –comme à vous tous– par des biais que vous ne percevez pas, mais vous recevez ces infos! Acceptez, faites confiance ! Sentez-vous notre Amour ?

-Oh ?! Oui !

Une pluie d’amour se déverse sur moi abondamment,  c’est même une douche chaleureuse lavant tous mes doutes et pédalages du mental, une douche unificatrice, l’eau de l’UN. Et je crois comprendre en même temps ce que l’on me montrait l’autre jour : cette gélatine contenant des morceaux de lego colorés cohabitant –sans aucun sens apparent- avec une « image » photographique de galaxies : Cette gélatine comme une métaphore de mon mental -et de ses capacités flottantes dignes des morceaux épars d’un jeu d’enfant- qui croyait pouvoir s’insinuer dans le Grand Jeu ?

« -C’est désormais lumineux, merci !

-De rien, ravis que tu aies compris … en partie ! (ils sourient)

– … et la leçon est  (je leur dis ce que j’entends qu’ils me disent, comme un enfant récite sa leçon) : Observe, Sois là maintenant toujours. Rayonne en ton point zéro.

– Quand tu sens que ça pédale dans le vide, lâche ton petit vélo. Ceci était une première leçon, et tu as passé ce niveau (sourires), chacun ayant ses propres niveaux en nombre et contenu adaptés.

-Merci, merci ! »

-C’est un plaisir pour nous qui sommes chargés de vous enseigner. »

Je me demande si je dois transmettre ce message, je les vois sourire et j’entends:

« -Débrouille-toi ! ».

5 Commentaires

Passer au formulaire de commentaire

  1. tara

    Je ne sens pas du tout.cela .ca me rappelle les abductions. Danger les amis
    Namaste

    1. Sabine

      Des millions de merci …
      j’ai aussi mon socle et j’ai totalement confiance …
      Nous sommes totalement guidés …
      ♡☆☆☆♡
      Merci Laurent …
      Merci Corinne
      Merci Brigitte et à tous ceux qui participent d’une façon ou d’une autre …
      In Lack Ech

  2. éclat de rose

    Mercis, oreille droite bouchée et en pleine activité, comme un casque sur la tête avec des acouphènes amplifiés, comme pour arrêter toute pensée, puis mon attention fut attirée par le centre de la terre une gerbe de joies et de sourires m’ont envahie depuis la plante des pieds jusqu’au soleil central, toute la journée.

  3. myosotis c.

    Je ne trouve pas de question à poser, hélas ! je me creuse la tête… Simplement, je me sens à l’aise avec Messagère Voyageuse, le ton souriant et ébahi, les couleurs – la grosse patte de nounours et la gélatine, leur contraste si bien trouvé et si parlant avec les autres tableaux qui sont si légers et si miroitants… Je voulais donc remercier Messagère-Voyageuse, et je relirai souvent, et j’attends le prochain vol avec impatience… en attendant, je vais faire la traque aux boutons gélatineux. Affectueusement. C.

  4. Choubidou

    Trop de détails et pas de « vibrations », ni énergie … bref, ça m’a pas parlé !

    Enfin si, cette phrase : « Je continue de regarder et me dis que « je n’en crois pas mes yeux » tout en pensant que cette expression est elle aussi obsolète. »

    Oui parce que en fait c’est la personnalité humaine qui s’exprime et qui n’en crois pas ses yeux .. parce qu’en fait, et/ou normalement notre autre partie, quant à elle, le sait, le voit, et le vit tout le temps!

    Tout dépend à quoi s’identifie t’on ? A ceux et celles qui savent et qui reconnaissent leur place » galactique et qui en plus assument? Ou bien en la personnalité humaine qui se croit encore séparé ?

    Sa n’empêche pas d’être émerveillée, mais rien n’a voir avec l’émerveillement humain.

Les commentaires sont désactivés.

«

»